Infos courses

Rapport de course du 07.11.2021 – Boucle dès la Valsainte

Nous voici, tous réunis… à la Valsainte: Chantal la GO du jour, votre petit rapporteur, le beau temps et même de la neige sur les hauts.

Pleins d’énergie après le café à Broc, nous n’attendons pas les retardataires et d’un bon pas prenons la direction du sommet.

Le groupe reste compact malgré la pente des pâturages de la verte Gruyère. Nous prenons rapidement de la hauteur et profitons au passage de la vue sur la vallée du Javro.

Nous avançons maintenant avec plaisir dans la poudreuse jusqu’à Le Bi Gîto. Une bouchée de pain plus tard, nous voilà déjà arrivé au sommet. La Berra, sans nuage ni vent, et la vue à 360 degrés c’est rare.

Depuis là, il ne reste presque plus que de la descente vers L’Auta Chia d’Amont, puis direction notre place de fondue privée au lieu dit Les Féguelenets.

De retour à notre point de départ, le ventre plein, nous passons à côté du gastro des Mossettes sans nous arrêter…??

Nous croisons ensuite une vingtaine de nos pères et frères Chartreux, moines, aussi en randonnée.

Quel succès il a leur GO, à chaque sortie, il fait le plein de fidèles…

Un très grand merci à Chantal pour cette super course, la fondue excellente et le tout arrosé par un Jean Rosset en pleine forme.

PY

 

 

Course du 07.11.2021 – Boucle dès la Valsainte

Randonnée en boucle d’environ 4h30 – 5h00 / 12,5 km / 800D+

Départ à la Chartreuse de la Valsainte (en pays fribourgeois de la Gruyère).

Montée directe sur la Berra avec vue panoramique à 360 degrés sur le lac de la Gruyère et la crête du Jura.

On poursuit sur la crête jusqu’à l’Auta Chia d’Amont puis descente douce par chemins et pâturages jusqu’au parking de l’Abbaye.

Rythme en fonction des participants.

Rendez-vous à 9h30 directement sur place.

Ne pas hésiter à me contacter pour plus d’informations

Chantal

 

 

Rapport de course du 31.10.2021 – Boucle dès St Martin val d’Hérens

Par Martine et André avec sur la photo : Marlyse et Jean-Claude avec Miss et sa copine, Olivier et Mary-Jo, Jean-Luc, Jacky et moi.

Première dégustation de thé à la boulangerie de St-Martin, conclue par de gros achats… Puis départ en descente par le sud du village. Le sentier est panoramique et nécessite de l’attention. Conclusion, selphy interdit.

Une adorable chapelle retient notre attention quand nous entendons crier Martine : attention chiens … Conclusion : nous avons pu sauver de justesse nos deux petites boules de poils d’une meute de huskys très impatients que leur musher tenait avec peine à bout de bras.

Une adorable tonnelle nous tend les bras et, pour se remettre de nos émotions, Jean-Luc propose une 2ème dégustation. Malgré l’heure pas très traditionnelle, tout le monde est d’accord.

On s’avance plus profondément vers le fond de la vallée. Nous reculons dans le temps. Les fontaines perdent leurs eaux. Les pierres des murs se font la malle. Un mazot s’affaisse, le dos courbé. Seul quelques tuiles désespérées essaient de le soutenir en le serrant entre leurs bras. C’est beau et triste à la fois. Le Vesivy tout là- haut contemple cette vie passée et s’efforce de réveiller la forêt cachée encore dans l’ombre en lui envoyant ses rayons laser.

Quelques petits coins réagissent et s’enflamment. Puis tout à coup ça grimpe, grimpe, là-haut tout là-haut.
Ouf on y est. Il est temps d’une troisième dégustation. Assis dans l’herbe sèche, les bras nus à 1470m par un beau dimanche de novembre. Une pépite à garder dans notre disque dur. La nature nos offre ce qu’elle a de plus beau.

On se retrouve à la boulangerie par 3 chemins différents. Et comment doit-on bien finir une aussi merveilleuse journée: Par une raclette bien sûr, on est en Valais.

Alors à Vernamiège, chez nos amis, nous entamons notre quatrième dégustation : de sirop Morand, svp. Mais quand le fromage fond, une cinquième et dernière déguste s’impose : un Riesling-Sylvaner magnifique de Jean-Claude le cousin de Bôle.

Merci mille fois à Martine et André pour l’accueil,
Janine

 

Course du 30.10.2021 – Boucle dès St Martin val d’Hérens

Nous vous proposons une balade dans les couleurs automnales du val d’Hérens.

Beau trajet démarrant en descente, puis à plat sous le village pour rejoindre le hameau de Liez.

De là nous nous élèverons dans des pâturages afin d’élargir le panorama ; un beau sentier nous conduira jusqu’à Trogne d’où nous referons une montée pour passer au-dessus du village pour rejoindre St Martin.

Env. 6km500 avec 425m de dénivelé + et–, donc à la portée de tous…

Au retour nous vous proposons la traditionnelle raclette à Vernamiège. Prévoyez des pic-nic légers.

Les détails d’horaire et rendez-vous seront transmis aux inscrits en temps voulu.

Inscriptions sur le site jusqu’au jeudi 28 à midi si possible !

Au plaisir de vous revoir.
Martine et André 

 

Rapport de course du 23.10.2021 : La Gouille – Lac Bleu – Arolla et retour

Cheffes d’orchestre : Marlyse et Marie-Jo

Alto : Martine
Soprano : Carine
Ténors : Lorenzo et Jean-Luc
Basses : André et Olivier
Arrangements sonores : Missmy et Baggi

 

Sur l’air des « Sentiers Valaisans »

Refrain
Sentiers valaisans, vach’ment beaux, vach’ment hauts
Sentiers nous menant vers un lac
Toujours plus bleu (bis)
Aïo, aïo, de bleu (4 fois)

1ère strophe (on y met du cœur !)
Chantons le sentier barré
L’itinéraire à changer
Internet vite au secours
Trouve un nouveau parcours
Refrain

2ème strophe (plus fort les basses !)
La Gouille, Arolla et retour
Tout là-bas, sans détours
Pause, pique-nique, apéro
Un bon verre de Lavaux !
Refrain

3ème strophe (articulez, articulez !)
Chantons le sentier gelé
Puis devenant plus aisé
O beaux mélèze en feu !
Tout pour être heureux
Refrain

4ème shtrope (ouf c’est la dernière !)
Le long d’la Borgne d’Arolla
On est encore tous là
12 kilomètres, pas même fatigués
Et sans cors aux pieds
Refrain

Le désigné volontaire à l’insu de son plein gré
Jean-Luc Matthey

 

Rapport de course du 16.10.2021 – Mont Aubert

Chef de course : Jean-Luc

Avec Martine et André, Anik, Paulette, Nicole et Michel, Jacky et Janine

5 louves et 4 loups entrent dans Fontanezier, la forêt s’éveille.

Mais que fabriquent-ils là ? ils se réchauffent, car ça va chauffer pour moi, moi, moi.

Les feuilles mortes ne se ramassent plus à la pelle, mais se shootent d’un bout de soulier. Promenons-nous dans les bois pendant que le loup n’y est pas.

Pourtant que la montagne est belle, comment peut-on s’imaginer, en voyant un vol d’hirondelles , que l’hiver va arriver.

Une trouée de pâturage s’ouvre à notre passage et se referme derrière nous, pour oublier tout.

Après la pause, un petit détour s’impose. Depuis la Roche une vue aérienne nous dévoile tous les Weisshorns et nous dépose dans une brume dorée sur les terres fraîchement labourées.

Ça plane pour nous, nous, nous.

Auprès de mon arbre, je vivais heureux, quand six bûcherons l’ont coupé en deux. Pour que les senteurs de Noël ne disparaissent, ils ont laissé tout en cupesse.

Puis on a embarqué sur la Fabrique et vogué sous le vent, pour boire un petit coup, c’est agréable.

Merci Jean-Luc, merci aussi les Amis, d’avoir chanté avec moi,
Janine

Course du 20.11.2021 – La Der

Le 20 novembre est prévue , pour ceux qui le souhaitent, une balade d’environ 2h30, apéro inclus, entre campagne et forêt.
Ensuite pour les marcheurs et pour ceux qui ne viennent que manger, un restaurant à la carte variée, des pizze aux fruits de mer en passant par la viande nous attendra.

Merci de vous inscrire sur le site, conjoints acceptés, d’ici au 16 novembre en précisant si vous marchez ou nous rejoignez pour le repas ( pass obligatoire 🙁).

Les précisions seront données aux participants le 18 novembre.

Annik

 

 

Course du 16.10.2021 – Mont Aubert

Balade automnale sur les hauts de Bonvillars. Course d’environ 12 kilomètres avec 450 mètres de dénivellation. Joli point de vue sur le lac de Neuchâtel et les Alpes à « Sur la Roche » où nous pique-niquerons.

Rendez-vous à 9h30 à la Fabrique, musée interactif (bâtiment moderne rouge et orange vif), Chemin de Praz 2 à Champagne. Quitter l’autoroute à Grandson, prendre direction Champagne, Bonvillars, la Fabrique se trouve environ 500 mètres plus loin sur votre droite.

Le départ de la balade se fera sur les hauts de Fontanezier en passant par « Planches des Granges », « Petit Serrolliet », le « Mont Aubert, altitude de 1339 m », « Sur la Roche », « Vullierens d’en Haut ».

Prenez un verre avec vous et surtout votre bonne humeur. Au plaisir de vous voir à cette occasion. Délai d’inscription sur le site jusqu’au jeudi soir 14 octobre minuit.

Jean-Luc

 

Course du 09.10.2021 annulée – Les Coteaux d’Ollon

Nous devons malheureusement supprimer la course de samedi prochain.

N’ayant pu effectuer la reconnaissance que vendredi, nous avons réalisé qu’elle n’était pas intéressante à cette saison, presque toute en forêt sans les points de vue imaginés. N’ayant plus rien dans notre « manche » en réserve et pas le temps d’aller voir un autre trajet ( retraités occupés !!!), nous nous rattraperons l’année prochaine.

Cependant nous vous attendons nombreux à celle du 30.10. dans le val d’Hérens.
Martine et André

Rapport de course du 02.10.2021 – De Puidoux au Mont-Pélerin en passant par le Mont-Chesau

Parenthèse : Le chef de course ayant oublié de solliciter les participants pour la rédaction du rapport, il vous faudra vous contenter de sa version des événements.

Partie de la gare de Puidoux à 9heures cette course d’automne nous a menés par des chemins de terre et par quelques petites routes bitumées jusqu’au funiculaire du Mont-Pèlerin. C’est malheureux, mais le départ s’est fait sans café. Conciliants, les participants l’ont admis sans râler.

Après la traversée des habitations de Puidoux-gare c’est une petite route qui nous amène jusqu’au stand de tir de Chexbres où commence une agréable montée en forêt par le sentier des sculptures. Sortis de la forêt et arrivés au plat, on laisse Crêt-Bérard derrière nous pour traverser Vers-la-Chapelle. C’est ensuite un chemin bucolique et campagnard jusqu’à La Crosse.

C’était annoncé, voilà le bitume. Nous l’empruntons jusqu’au pied du grand pâturage qui mène au Mont-Chesau. Il est quasiment 11 heures, donc petite pose.

La troupe s’agaille en montant sur le pâturage et se regroupe au pied du Mont-Chesau. On admire la vue sur le Léman et on s’installe pour le pique-nique et l’apéro tricolore (blanc, rosé, rouge).

Repus et détendus, nous contournons le Mont-Chesau, seul Jean-Luc en fait la difficile ascension (pensez, au moins 15 mètres) et nous dit qu’il est très satisfait du coup d’œil que l’on a de ce point culminant.

C’est à travers pâturage que l’on rejoint le chemin de Maison-Blanche. On poursuit la descente en faisant un grand Z, car juste avant Perey-Véry, crac, on tire à droite pour emprunter un très agréable chemin que nous suivrons pour arriver au Mont-Pèlerin. Enfin.. c’est ce qui aurait dû arriver si d’aucunes, prises dans des conversations passionnantes, n’avaient pas raté une bifurcation et semé le trouble. Remises finalement sur le droit chemin, elles ont rejoint le reste de la troupe chez la marchande de glace.

Cette narration devrait s’achever ici, mais… après funiculaire et train, une des participantes nous a incités à l’accompagner chez une amie, et l’amie en question étant elle-même une amie de la vigne, la course s’achève sur quelques verres de blanc et de rouge du pays.

Ont mis le même chemin sous leurs chaussures : Marlyse, Paulette, Nicole et Michel, Martine et André, Anik, Jean-Luc, Pierre-Yves, Sylviane et Raymond.

Le rapporteur : Raymond

Rapport de course du 30.09.2021 – Sortie des 60 et +

C’est par un temps magnifique qu’a eu lieu cette sortie automnale des 60 et +.

Elle a réuni 17 personnes et a débuté par la visite du musée historique de Lausanne.

Incident tout au début : Liliane Affolter a eu un malaise et a dû être transportée aux urgences pour un contrôle.

A l’issue de la visite un apéro sur l’esplanade de la cathédrale a été servi, ceci avant de se rendre au Café de l’Evêché pour le repas.

Vers 15 heures les participants se sont dit au revoir et à l’année prochaine.

L’organisateur : Jean-Luc

Course du 23.10.2021 – Boucle depuis les Mayens de My

Course ouverte à tous par de bons chemins, 11km environ et 450m de dénivelé.

En option, 1h aller et retour jusqu’à la Croix de l’Achia. Il faut ajouter 150m de dénivelé et 4 km.

De la Croix la vue sur le Massif des Diablerets et celui du Sanetsch est splendide.

 

Descriptif :

Montée tranquille depuis les hauts des Mayens de My en passant par un premier alpage. De là, chemin en balcon jusqu’à l’alpage de Flore. Puis montée un peu plus soutenue jusqu’à l’Etang des Trente Pas.

Option depuis l’Etang jusqu’à la Croix ou sieste.

Notre descente va nous amener jusqu’à l’alpage de Pointet et retour case départ.

Tout au long de la randonnée nous avons une vue magnifique sur les alpes valaisannes.

Le rendez-vous sera fixé au couvert des Mayens de My ou en plaine si nécessaire.

Inscription jusqu’au 21.10 à minuit.

Détails  aux personnes inscrites le vendredi 22.10.

Jean-Claude et Marlyse (tél. 079/413.59.64)

 

 

Rapport de course du 25.09.2021 – Le tour des buvettes

Pourtant le programme était alléchant. La publicité bien faite, avec rappel sur WhatZapp. Le parcours sans grand dénivelé. En somme tout pour plaire au plus grand nombre. Et bien malgré tous ces efforts les doigts d’une seule main suffisent pour compter les participants, à savoir : Anik, Léon, Pierre-Yves, Jean-Luc et Jean Rosset qui, lui, ne nous a pas posé de lapin.

Le concept de la course est simple : faire le tour du Moléson depuis le col de Villard en passant par cinq buvettes d’alpage aux noms un brin exotique comme : le Vuipay, les Moilles, la Challa, Plan Francey et Gros-Plané.

Le parcours est digne des montagnes russes, on monte, on descend et, bien entendu, on tatche. Quelques rencontres pimentent la balade comme une nymphe près d’un chalet qui, malgré trois « beaux » mecs, reste non pas de marbre mais de bois. Un peu plus loin PY fait guiliguili à un caillon, qui aime bien ça, sous l’œil amusé de deux biquettes. Deux vaches allaitantes avec leur veau nous obligent à faire un petit détour, sauf le régional de l’étape, Léon, qui prend au plus court. « Pas de danger, les vaches je connais, tché don ».

Avant notre première halte dans une buvette (la 3ème sur le parcours, ce qui fait dire à Léon que ce n’est pas le tour des cinq buvettes mais des sans buvette !) une méchante pente nous fait un brin suer. Heureusement la terrasse est accueillante, comme l’hôtesse d’ailleurs. Après 3 de Johannis (y zon que du valaisan dans ces contrées reculées) un certain JLM suggère qu’on pourrait peut-être manger une fondue sur place au lieu de notre sempiternel pique-nique tiré des sacs. Comme lors de votations dans l’ex Union soviétique cette proposition fait l’unanimité.

C’est donc autour de notre plat national, délicieux en l’occurrence, qu’on papote, qu’on prend le temps de vivre, qu’on profite de la vue. Le bonheur à l’état pur. Cinq décis (et non buvettes) plus tard il est l’heure de reprendre la marche. Seule Anik, très sage en ne buvant que du thé, galope comme un gazelle. Les trois mâles la rotent dans tous les sens du terme mais par fierté serrent les dents pour la suivre.

Deux jolies nanas plus loin sont le prétexte d’une discussion sur l’itinéraire le plus approprié pour rejoindre le sommet du Moléson. Les avis divergent au sein du groupe. Très intelligemment les deux belles ne font qu’à leur tête.

Après plus ou moins 4 heures de marche, et 13,5 kilomètres au compteur, nous rejoignons notre voiture. Léon, frustré que le gentil organisateur n’ait pas prévu de s’arrêter à la buvette du Grand-Plané, retrouve le sourire à celle d’Incrota, sur le chemin du retour, en sirotant une bière limonade.

Bref tout est bien qui finit bien. Seuls les absents ont eu tort finalement de bouder cette invitation-découverte de PY. Merci encore au GO pour ces instants merveilleux.

Jean-Luc Matthey
Le rapporteur de service

 

Course du 02.10.2021 – Le Mont-Cheseau dès Puidoux

Une course d’automne d’environ quatre heures et demie qui nous conduira par des chemins de terre et par quelques petites routes (peu fréquentées) bitumées jusqu’au funiculaire du Mont-Pèlerin.

(618m) Départ sans café, sauf pour les téméraires qui seraient prêts à s’abimer les papilles avec un produit “Selecta“. Traversée des habitations de Puidoux-gare puis petite route jusqu’au stand de tir de Chexbres (670m), de là, montée en forêt par le sentier des sculptures jusqu’à Crêt-Bérard (720m). Petite descente sur petite route sur Vers-la-Chapelle (680m). Chemin bucolique et campagnard et plat jusqu’à La Crosse. Petit bout de route et 25 mètres de montée pour atteindre Vers-chez-les-Conne. Et de là on grimpe toujours sur petite route à 820 au pied du grand pâturage qui mène au Mont-Cheseau.

Arrêt pour le pic-nic tiré des sacs. On est 960 mètres environ, on descend par le pâturage jusqu’à Maison Blanche, on poursuit la descente sur le chemin pour tirer à droite juste avant Perey-Véry, de là un chemin très agréable nous conduit au point 818 où nous rejoignons la route très peu fréquentée que nous aménera au funiculaire du Mont-Pèlerin. Normalement nous aurons le temps de boire un verre avant de prendre le funiculaire.

Retour à Puidoux par le funiculaire et le train des vignes. Prenez vos demi-tarifs.

Horaire prévu : funi à 15h46, train à 16h15, arrivée à Puidoux 16h27. On peut bien sûr se rendre à Puidoux en train depuis Lausanne. Le retour de Vevey à Lausanne est aisé.

Rendez-vous à 8h46 à la gare de Puidoux.

Inscription sur le site internet avant 12h00 vendredi.

Sylviane et Raymond.

 

PS: Il est possible depuis le lieu du pic-nic de descendre en une heure sur Palézieux qui n’est qu’à 7 minutes en train de Puidoux.

Voici des images pour vous allécher!

Rapport de course du 28.08.2021 – Palette d’Isenau – Col du Pillon

Chefs de course : Martine et André

Participants : Jean-Luc, Sylviane et Reymond, Janine et Jacky, Anick, Nicole et Michel, Paulette, Marlyse et Jean-Claude, Happy et MissMe.

Rendez-vous à neuf heures au restaurant du Col du Pillon. Après le café traditionnel, nous attaquons la marche d’approche qui nous conduira au lac Retaud. Celle-ci est loin de ressembler à celle de l’Everest. En effet, elle est peu entretenue : tapis de racines entremêlées, jonchée de grosses pierres, traversée de sentiers ravinés, etc. Après une demi-heure, nous voilà arrivés au lac Retaud, une étendue d’eau nichée dans une cuvette, entourée de pâturages, de conifères et de massifs montagneux. Happy et MissMe en profitent pour se rafraîchir et se désaltérer.

Nous continuons notre tour en direction du col de Voré par des sentiers moins pentus, plus accessibles que précédemment, bien que la dernière montée fût raide. Nous profitons d’y faire une pause.

Ensuite, nous repartons pour le Chalet Vieux et le col des Andérets, où un très bel apéritif nous attend, offert par Jean-Luc. Une fois restaurés, nous décidons de nous séparer en deux groupes. Le premier groupe se compose d’Anick, Paulette, Marlyse, Nicole, André, Jean-Luc, Michel et MissMe. En pleine forme, nous entamons l’ascension de la Palette. En vue : le lac d’Arnon, scintillant dans sa bleue splendeur, au cœur d’une très belle forêt verte. Au-delà se trouvent Feutersoey, le Pays de Gessenay et l’Oberland bernois. Vous pourrez découvrir, dans le Livre d’Or de la Palette, la trace de notre passage, signée par Anick et Michel.

Les participants du second groupe, Martine, Sylviane, Janine, Reymond, Jacky, Jean-Claude et Happy, remettent en ordre le lieu du repas, avant de commencer la descente par la voie normale, en direction du Chalet d’Isenau – qui fait partie des sites sélectionnés pour la fabrication du fromage de l’Etivaz AOC. Nous poursuivons jusqu’à la buvette de La Marnèche, où nous devions rencontrer le premier groupe. Celui-ci se résume désormais à un seul participant, Jean-Luc, qui nous apprend qu’un promeneur leur avait déconseillé de descendre par le sentier prévu. Le reste de ce groupe avait donc rebroussé chemin.

Dans l’alpage de Floriette, nous distinguons les pylônes d’un téléski. Cela me rappelle que ce sont sur ces pistes que nos deux filles ont appris à skier, ce qui ne me rajeunit pas ! Nous profitons encore de voir, dans le brouillard qui se forme, les Tours d’Aï et de Mayen, ainsi que le massif des Diablerets.

Enfin, nous nous retrouvons tous pour achever notre randonnée sur les berges du Lac Retaud, où Martine et Jean-Luc descendent à pied chercher leur voiture afin de faire le taxi.

Nous terminons ensemble cette belle aventure au restaurant du Pillon, pour clore cette agréable journée passée en si bonne compagnie. Encore un grand merci aux deux chefs de course de nous avoir offert la possibilité de parcourir un paysage si féérique.

Jean-Claude

Rapport de course du 14.08.2021 – La cape au Moine des Verraux – Col de Pierra Perchia

Regroupement à Puidoux, café à la buvette du tennis.

Départ pour le col de Jaman par une route étroite, pentue, un vrai traquenard pour apprenti conducteur…

Arrêt à Jaman sur un grand parking déjà bien rempli.

Nous redescendons à pied sur environ 500m la route empruntée en voiture et nous enfilons dans un petit vallon.

Là nous quittons la civilisation en entrant dans une très belle forêt mélangée. Tout à coup le chemin disparaît, la passerelle a été emportée par une récente coulée de boue. Chacun y va de sa proposition pour franchir l’obstacle. PY se lance, nous admirons ses talents d’équilibriste, nous suivons en nous plantant plus ou moins dans cette boue collante.

Plus loin au moment de franchir un torrent, une naïade tout de noire vêtue, allongée sur un rocher, baigne ses pieds

Les choses se corsent, nous devons crocher la 1ère, la pente reste la même jusqu’au col de Soladier.

Nous avons quitté la forêt avec regrets, car le soleil de midi nous surprend. Il fait une sacrée « tiaffe ».

En levant la tête nous voyons la Cape aux Moines, courage ! Le sentier suit le bord du pâturage droit haut, puis fait des virages pour casser un peu la pente. Enfin nous arrivons au moment du choix, Moine ou pas Moine ? Pierre-Yves, Jean-Luc et Léon optent pour le sommet, Anik, Carole et moi ne se sentent pas attirés par les ordres !

Tout en mangeant nous suivons la progression des copains. Des groupes de jeunes passent sur le chemin pour atteindre le sommet, mais redescendent en voyant les difficultés. Léon renonce aussi sagement « il ne la sent pas ».

PY et Jean-Luc nous font de grands signes de puis la croix du sommet, 15 minutes après ils sont à nos côtés.

Nous attaquons le retour par un très mauvais sentier détruit par la pluie et les moutons. Nous devons être attentifs. Nous arrivons sur la route créée pour construire les pare avalanches, un travail de Titans pour stabiliser les rochers et bloquer la neige.

A un virage nous voyons nos voitures, ouf quelle chance, car la chaleur est accablante, pas un souffle d’air sur ce chemin longeant les flancs de la montagne.

Le parking est plein, ainsi que les bords de la route. Nous nous empressons de quitter les lieux et de rejoindre les Avants pour être servis à l’ombre avec le sourire.

Merci à Anik, Carole, PY le meneur de jeu, Léon et Jean-Luc pour leur bonne humeur.

Le rapporteur André

Course du 25.09.2021 – Tour des buvettes (course reportée du 05.06.2021)

Est-ce que cela vous dit quelque chose tous ces nom: Gros-Plané, Plan Francey, La Challa, Les Moilles, Vuipay et Incrota ?

Oui, ce sont toutes les buvettes disséminées autour de Teysachaux et du Moléson. Ma course est de les relier toutes ou presque. Environ 13 kilomètres et 450m de dénivelé. Contrairement à ce que montre la carte, le parcours est vallonné !

Pas de difficulté majeure, sauf un gros kilomètre en T2 balisé rouge et blanc. Actuellement le parcours est très gras avec encore des passages sur des névés côté nord est, bonnes chaussures recommandées.

Durée de marche environ 5h, selon l’état des participants après les nombreuses visites aux buvettes dont les pauses sont bien sûr à ajouter…

Pique-nique tiré des sacs.

En attentant les nouvelles mesures sanitaire, je vous donne rendez-vous directement au col de Villard à 9h30. Accès via La Frasse ou Les Paccots, direction Rathvel. Suivre La Pudze, Incrota, Le Villard jusqu’au parking au col sur la droite.

Inscriptions sur le site jusqu’au jeudi 23 septembre.

Dernières informations la veille aux participants.

Des questions ? Alors n’hésitez pas à m’appeler au 079 637 06 74.

Au plaisir de vous revoir nombreux.
PY

Quelques photos du coin pour vous donner envie…

Course du 04.09.2021 – Montbovon

Montbovon , boucle par la Brâ, Montbovon.

Circuit face à la dernière course de Jean-Luc. Environ 4h de marche. Quelques bonnes montées, mais jamais aussi raides que celles des dernières courses et presque toutes à l’ombre des bois!

Dénivelé de 682 m en positif et 643 en négatif.

Pic-nic tirés des sacs.

Précisions quant au rendez-vous à ceux qui se seront inscrits sur le site jusqu’au jeudi 2.9. à minuit.

Anik

Voici des images pour vous allécher!

Course du 28.08.2021 – Palette d’Isenau

La course au lac des Chavonnes a été abandonnée, car trop de goudron et foule à cette saison le long du lac !

Nous l’avons remplacée par une région connue mais peu explorée ces dernières années. Course ouverte à tous, 8km 520m de dénivelé jusqu’au col des Andérets , la Palette restant en option pour ceux qui ont envie 1h aller-retour.

Montée depuis le lac Retaud au col de Voré, puis à celui des Andérets. De là Palette pour les endurcis, pendant que les autres font la sieste. Ensuite descente sur le chalet d’Isenau , puis celui de la Marnèche avant de rejoindre le lac et le col du Pillon.

Balade d’environ 3h30-4h sans la Palette.

Les détails pour le trajet seront transmis aux personnes inscrites le vendredi 27.8.

Le rendez -vous aura lieu au col du Pillon.

Inscriptions sur le site jusqu’au 26.8. minuit.

Martine et André

Rapport de course du 08.08.2021 – Bisse du Tsitorret

LE BISSE DU TSITTORET, pièce en III actes

Metteur en scène : Martine
Assistant : André
Avec les actrices : Anik. Paulette, Nicole et Janine
Et les acteurs : Jean-Luc, Michel et Jacky

La pièce débute dans une station de montagne que nous appellerons Montana et se déroulera dans un seul décor, le bisse du Tsittoret.

Acte I
Les 8 acteurs entrent en un groupe serré qui va insensiblement se distendre. Le débit des souffles augmente et cela nous fait comprendre l’effort qu’il faut faire pour monter des « marches-escaliers ». Ils se regroupent au centre de la scène, échangent des sourires de complicité, une heure a déjà passé. Le rideau tombe.

Acte II
Là c’est le décor qui va être le principal acteur. C’est dans les cintres côté jardin que tout se passe. Il faut sans cesse descendre et remonter les nuages en carton. Tandis que de l’autre côté le machiniste pulvérise avec une bombe du faux brouillard. Tout cela pour nous faire apercevoir de temps en temps le fond peint de tous nos 4 milles enneigés. L’effet est assez magique. Les acteurs passent doucement devant cette scène.

Entracte
Tous se désaltèrent dans une joyeuse ambiance, la metteur en scène est satisfaite.

Acte III
C’est un acte où l’eau a beaucoup d’importance. Les bruitages sont très réussis. On sent la force du courant qui rugit dans le bisse. Les décors rocheux sont imposants et il y a plein de chutes d’eau qui dévalent leurs parois. C’est presque assourdissant. Les acteurs pliés en deux, les bras nus et la bouche grande ouverte simulent très bien l’effort. C’est saisissant de vérité. Ils sont bons, très bons. On en voit même une qui met un masque blanc puis vert, on voit bien qu’elle s’est mise encore une fois dans le rouge. Mais le ciel est bleu. Puis on voit que tout va mieux quand ils portent tous une fleur dans la main pour nous dire qu’ils traversent une très belle prairie. Ils ont maintenant le sourire, le sentier descend. La pièce se termine quand ils se séparent, quatre montent dans un bus et les autres sortent à pied côté jardin.
Le rideau tombe, Ils reviennent saluer, fatigués, mais heureux.
Dans les coulisses il se murmure qu’il y a un after chez Michel, yupi .
Dans les journaux on lira demain que deux des actrices Martine et Anik ont reçu un prix pour un rôle parfois difficile à porter.


Au plaisir de vous revoir et merci à tous,
Janine

Course du 07.08.2021 – Le bisse du Tsitorret

Ce magnifique bisse construit au 15ème siècle prend sa source dans la Tièche qui devient la Raspille, et sépare les 2 régions linguistiques du Valais.

Il est un peu loin, mais vaut la peine d’être parcouru, magnifique panorama sur les sommets de l’autre rive que vous avez peut-être gravis une fois.

Beau parcours en forêt démarrant aux Barzettes le long du bisse, alternant quelques sportives montées, longs bouts plats, des passages d’escaliers, de superbes chutes d’eau, pour un dénivelé d’env.500m. Nous ferons une boucle depuis la prise d’eau pour admirer la flore des pâturages. Balade d’environ 5h.

Vos genoux seront économisés car le retour se fera en bus, navette gratuite!

Les détails pour le trajet seront transmis aux personnes inscrites le jeudi 5.8. en soirée.

Inscriptions sur le site jusqu’au 5.8. minuit.

Martine et André

 

Pour vous donner envie, un coup d’œil sur le bisse…

Remplacement de la course du 07.08.2021

Message des chefs de course : la course du 7 août, initialement prévue au Lac des Chavonnes, est déplacée au Bisse du Tsitorret.

De plus amples informations seront publiées tout prochainement!

Course du 31.07.2021 – Le Col de Bonaudon (report du 17.07.2021)

En bref : Distance 10 km, dénivelé 800 m, 4,5 heures de marche environ, aucune difficulté technique.

Le circuit commence peu après les Allières en longeant l’Hongrin. Nous montons ensuite au col de Bonaudon à 1’753 m, juste en face de la dent de Jaman, puis retour sur les Allières par le ruisseau des Cases.

Prendre de bonnes chaussures car la Combe de Bonaudon est parfois très humide. Pique-nique tiré des sacs. Prendre un verre pour l’apéro.

Rendez-vous à l’Auberge de l’Ange à Albeuve à 8h30 pour le café puis départ direction Montbovon et les Allières.

Inscriptions sur le site jusqu’au jeudi 29 juillet 2021 ou au 079 882 20 74.

Au plaisir de vous retrouver à cette occasion.

Jean-Luc

 

Quelques photos du coin pour vous donner envie…

Course du 14.08.2021 – La cape au Moine des Verraux- Col de Pierra Perchia

Aujourd’hui, une course en circuit au départ du Col de Jaman : 7.5 à 8 km et entre 600m et 700m de dénivellation selon les variantes.

Départ tranquille, en descente en empruntant en partie la route goudronnée jusqu’au point 1326. Maintenant notre course démarre vraiment, par un joli et sauvage sentier en faux plat puis par une montée raide jusqu’au col du Soladier, difficulté T2. Ensuite nous attaquons la montée proprement dite direction le col de Pierra Perchia, lieu de notre pique-nique. Un passage en T3 d’environ 100m un peu aérien nous attends au contour! Arrivé au col, si les conditions le permettent, un dessert attend les plus aguerris : le sommet de la cape au Moine, difficulté T4… Environ 30 à 40 minutes aller-retour et 100m en plus à gravir.Retour au point de départ en longeant la chaine des Verraux par un chemin agréable et toujours en descente.

Durée totale sans le sommet ni les pauses : 4h- 4h30 selon les participants!

Pique-nique tiré des sacs.

Inscriptions sur le site, jusqu’au jeudi 12.

Comme d’habitude les derniers détails pour les participants, la veille au soir.

Au plaisir de vous revoir !
PY

Quelques photos du coin pour vous donner envie…

Course du 24.07.2021 – Les Hauts de Morgins

Il va faire beau ce jour-là, les chaussures sont dans les starting-blocks… vous êtes en grande forme, avez déjà fait quelques belles randos cette année et vous n’êtes pas en vacances, alors je vous convie à ma course sur les hauts de Morgins.

J’ai préparé une boucle au départ de Morgins : pour l’échauffement, nous cheminerons en direction du camping et du Pas de Morgins. Ensuite le plat de résistance se profile sur la frontière, direction le Cheval blanc, puis sur la crête, le Bec du Corbeau, les Portes de Culet (échappatoire possible) et pour finir la pointe de Bellevue 2041m, qui mérite bien son nom…
Retour par « les Troncs » jusqu’au village.

Cotation T2 max, 900m de dénivelé et presque 17km… Durée sans les pauses environ 6h selon les participants ! Pique-nique tiré des sacs.

Inscriptions sur le site, jusqu’au jeudi minuit. Le timbre postal fera foi !!!

Comme d’habitude les derniers détails pour les participants, la veille au soir.

A bientôt.
PY

 

Quelques photos du coin pour vous donner envie…

Rapport de course du 19.06.2021 – Le Saut-de-l’Eau depuis le Col-des-Etroits

Cette belle journée n’a pas débuté aussi bien pour toute l’équipe, la signalisation routière indiquant la sortie de l’autoroute à Yverdon ouest est tellement peu claire que Marie-Jo et Olivier se sont retrouvés à Grandson ! Les autres ont eu le plaisir de côtoyer 4 chamois broutant au bord de la route de Ste-Croix. Nous avons aussi vu un « people » bien de chez nous : Michel Bühler allant prendre le train.

Le café offert par Raymond dégusté, nous avons repris nos 4 roues pour parvenir au Col des Étroits. Et là commence la course « montagnes-russes » pour les bipèdes, bien décrite sur le site par les 2 GO du jour.

Traversant prairies mouillées et troupeaux de vaches, nous avons suivi sur quelques mètres de goudron le TP pour pénétrer dans une forêt nous protégeant de la chaleur, sur une route forestière. Nous descendons, nous descendons, nous… ouf, faudra remonter… !

Bifurcation à droite où la forêt s’épaissit et devient bien grasse. Découverte du Saut-de-l’Etau, charmant, rafraichissant, calme. Là le Jura se pare d’atours alpins : chaînes, hautes marches minérales, mais jute pour faire joli. Une ou deux prairies plus loin (scabieuses, renoncules, centaurées), nous retrouvons la forêt et cette fois pour la remontée contre la Merlaz devenue à bien des égards la « Merdaz » ! Toujours bien grasse et vraiment très raide ! Le chamois Jean-Luc devant a moins souffert que nous, mais le fond de son pantalon a eu besoin d’une grande respiration… !

Pause pic-nic à mi-ombre, sous les contreforts du Chasseron avec vue sur le Jura français et petite sieste bienvenue.

Quelques mètres de grimpée et nous voilà sur un faux-plat, de la descente en prairie pour trouver la queue de la cerise sous nos pas jusqu’aux véhicules.

Retournons à la ville pour un pot sur une terrasse, encore sur 2 tables séparées d’un mètre cinquante ! André offre la tournée pour fêter son entrée dans sa huitième décennie le lendemain, santé !

Martine, André, Jean-Luc, Olivier, Marie-Jo, et moi-même remercions Raymond et sa collaboratrice Sylviane pour ce parcours varié et sympathique.

Anik

Rapport de course du 12.06.2021 – Aiguille de Mex

La commission des courses « in corpore » + Martine, admise en tant que cuisinière lors de leur réunion (PY dixit) se lance à l’assaut de l’Aiguille de Mex.

La mise en jambe a lieu d’emblée à travers le beau et pentu village de Mex ; tout en haut les charmants tenanciers du café du village nous ouvrent leur terrasse malgré l’heure matinale. Le café avalé chef Jean-Luc nous propose un très bel itinéraire sur un agréable chemin forestier jusqu’à l’alpage des Planets 1530m . J’y suis venue en hiver…mais ne reconnaît rien !

Depuis là nous crochons la 2ème pour atteindre les 1870m du sommet ; quelques micro haltes pour photographier l’exceptionnelle flore bleue, jaune et rose et reprendre son souffle.

L’Aiguille est atteinte dans le temps prévu par notre GO, il est satisfait de sa troupe et nous offre l’apéro. Un banc posé là sous la croix nous invite à prendre place et à admirer la vue : de la plaine du Rhône, aux tours d’Ai et autres sommets vaudois, tout près de nous sur la droite la Cime de l’Est méconnaissable vue de derrière, les cols d’en face encore bien enneigés ne nous attirent pas. Endroit idéal pour le pic nic et la méditation.

Il faut penser à redescendre le « reck » avant de prendre un chemin de traverse plus doux nous conduisant à l’alpage de Centaneire et un très agréable sentier nous ramenant sur la terrasse de Mex.

Merci Jean-Luc d’avoir choisi un itinéraire idéal, pas celui des trailers qui monte tout droit, mais celui qui ménage les articulations des seniors… Ce fut une radieuse journée pour cette très belle course.

En crescendo : Pierre-Yves, Jean-Luc, Anik, Martine, André

Course du 19.06.2021 – Le Saut-de-l’Eau depuis le Col-des-Etroits

En bref : une boucle de 11,4 km, un dénivelé (en plusieurs morceaux) de 640 m, un temps effectif de marche d’à peu près 4h½.

Le café avalé, on va avec les voitures jusqu’au Col-des-Etroits (1’152). Après avoir abandonné les tas de tôle, on rejoint tranquilles-peinards le point 1130. De là la montée est exigeante (quelques chaînes, quelques passerelles et quelques escaliers aux marches hautes) pour atteindre le haut idyllique du Saut-de-l’Eau. On traîne un petit moment et on repart pour le Chalet-de-la-Maya (1’312). D’où part un gentil chemin jusqu’à la Dénériaz-Dessous (1’131). Là, ça se corse ! Il va falloir en une demi-heure avaler un dénivelé de 200 mètres dans une forêt méchamment pentue pour atteindre la Merlaz (ici, n’ayons pas peur des mots, la montée est une vraie Merdaz). Bon, on se pose, on sort le pic-nic des sacs et si la météo est clémente on s’offre une petite sieste. Ensuite, c’est un retour aisé d’une petite heure et demie pour retrouver les bagnoles.

Rendez-vous à 8h30 sur le petit parking à côté de la gare de Ste-Croix.

Inscriptions sur le site internet jusqu’au jeudi 17 juin.
Informations complémentaires chez Sylviane et Raymond 021 653 34 64

Quelques photos du coin pour vous donner envie…

Course du 29.05.2021 – Le Noirmont et le Creux-de-Croue depuis La Cure

Avec Raymond comme G.O. la coutume veut que l’on débute une balade en prenant un café. Afin de ne pas déroger à cette sacro-sainte tradition Raymond a même fait une réservation en bonne et due forme auprès d’un établissement au nom pour le moins étrange : Chez Mamac. Cependant pour boire un petit noir il faut le mériter. L’estaminet se trouve à 500 mètres de nos voitures parquées sagement près de la gare de la Cure, à deux pas de la frontière. Frontière que nous ne franchirons pas durant tout notre périple.

C’est donc attablés que Jacky, Janine, Martine, André, Anik, Jean-Luc, Karin, Laurent, Jean-Claude, Marlyse, Olivier, Raymond et Sylviane, sans oublier le marathonien Bhaji commencent cette course qui nous mène dans les pâturages jurassiens.

Parcours sans aucune difficultés techniques si ce n’est de regarder où l’on met les pieds pour ne pas marcher dans les beuses fraîches et certifiées bio.

La pente est douce et verdoyante. Les crocus nous font un petit coucou, tout contents de voir enfin la neige partie. Bref on chemine gaiement, allégrement et surtout cancanant. Petite halte au passage pour admirer une construction circulaire en pierres protégeant un puits artésien. Seul Bhaji se défonce vraiment allant à gauche à droite, ramenant le bout de bois qu’on lui lance, bref faisant les 100 pas (avec 4 pattes c’est plus facile !).

Au lieu-dit La Croue l’itinéraire change, le chemin se fait plus étroit. On descend même, mais pas jusqu’au fond du Creux de Croue qu’on ne fait que longer. Bien nous en prend car une méchante montée nous attend jusqu’au Noirmont des Français à 1’546 mètres. Finie la rigolade initiale, il faut maintenant mouiller le maillot. Jacky, comme le corbeau de la fable, jure mais un peu tard qu’on ne le reprendra plus à faire le zouave sur les sentes escarpées.

Au pied de la croix une bonne goutte de blanc, en guise d’apéritif, attend les valeureux marcheurs. On décide même de manger sur place. Désaltérés et rassasiés on est prêt à pedzer un tantinet plus longtemps par un petit roupillon mais dame nature ne l’entend pas de cette oreille. Le vent amène des nuages menaçants, la température fraîchit méchamment. Bref il est l’heure de partir pour finir la boucle.

Quelques hectomètres plus loin nous atteignons le point culminant, le Noirmont, à 1’546 mètres. Petite halte pour marquer le passage et nous entamons la descente.

Descente que se révèle assez rude pour les genoux et articulations. Dommage que l’on se soit plus en hiver on aurait pu chausser nos skis puisque nous nous trouvons sur le domaine skiable des Rousses et de la Cure.

En bas il ne nous reste plus qu’à refaire le chemin inverse jusqu’à La Cure avec, au passage, un second stage chez Mamac.

Jean-Claude, désigné volontaire pour rédiger le rapport de course, se défile, mais pour se faire pardonner, en grand seigneur, nous offre les boissons.

Merci Raymond pour cette jolie balade campagnarde, montagneuse et sylvestre tout à la fois.

Le remplaçant du désigné volontaire
Jean-Luc Matthey

Carte interactive de notre course :

Course du 03.07.2021 – Dent de Broc (Course annulée)

Les circonstances étant ce qu’elles sont, cette course n’a pu se faire l’année passée vu un passage très, très scabreux entre la Dent du Chamois et la Dent de Broc. Donc on remet çà mais on se limite à la Dent de Broc.

Départ depuis Broc. Course alpestre dans tous les sens du terme. Ascension finale un brin acrobatique. Personne sensible au vertige s’abstenir. Il n’est toutefois pas nécessaire d’être encordé. A la portée de toutes et tous si vous supportez 1’000 mètres de dénivelé et 5 à 6 heures de marche.

Pique-nique tiré des sacs. Ayez un verre avec vous.

Rendez-vous à 9h à la pâtisserie Kilian à Broc, Route de Montsalvens 3.

Inscription sur le site jusqu’à jeudi soir 1er juillet à 23h59.

Jean-Luc

 

Quelques photos du coin pour vous donner envie…

Course du 12.06.2021 – Aiguille de Mex

Balade un peu musclée dans les Alpes, tout près de chez nous. On part depuis le charmant village de Mex, direction l’Aiguille. Il y a plusieurs itinéraires pour arriver au sommet et pour revenir à Mex. Il faut bien compter 800 mètres de dénivellation et 4 à 5h30 de marche selon les variantes choisies. Aucune difficulté technique. Vue superbe depuis le sommet. Pique nique tiré des sacs. Prendre avec soi un verre.

Rendez-vous à 9h30 sur la place du village. Si un bistrot est ouvert on prendra un café avant d’entamer la montée. Inscription sur le site jusqu’au jeudi soir 10 juin à 23h59.

Jean-Luc

Quelques photos du coin pour vous donner envie…

Rapport de course du 08.05.2021 – Les gorges du Chauderon

Chef de course:  Jean-Luc.

Participant-e-s: Léon, Anik, Marie-Jo, Olivier et Guillaume, Pierre-Yves et Carole, Karin et Augustine, Olivia et Abigaëlle, Nicole et Michel.

Rapport de course

Avec un rendez-vous au parking à 10h00, on aurait pu penser à un démarrage imminent! Mais il y avait 2 parkings, des travaux au départ de la route de Glion et un trafic inattendu.

Alors, quoi de plus normal que de commencer par un café au buffet de la gare, histoire de chauffer les estomacs, les muscles attendront… Puis le regroupement de la troupe effectué, notre GO du jour nous emmène dans une magnifique descente à forte déclivité avec vue quasi imprenable sur le Haut-Lac, jusqu’au quartier des Planches à Montreux, notre point le plus bas (471m).

De là nous empruntons le sentier remontant la Baye de Montreux, laquelle présente un assez fort débit, normal en cette saison, et renforcé par les récentes pluies. C’est donc en file indienne que l’on progresse dans une végétation verdoyante et avec parfois le tumulte du ruisseau selon les endroits.

Au Pont de Pierre, après un petit apéro pour reprendre nos esprits (avec modération pour ne pas les perdre) nous poursuivons le sentier qui nous emmène sur une jolie pente le long du ruisseau des Vaunaises, dernière sérieuse montée, récompensée par le pic-nic volontiers tiré du sac.

La suite du parcours nous élève encore un peu en longeant la « route » Sous-Mermont et nous fait traverser la forêt des Vaunaises où nous admirons le sapin « Président » avec ses 53m de hauteur, impressionnant! Nous terminons la montée en débouchant (le rosé c’est fait…) au nord de Caux, notre destination, à l’altitude de 1027m.

Les moins friands de forte descente se tâtent pour décider d’attendre ou non (1 heure) le train, et laissant les deux plus jeunes attendre leur chauffeur, nous regagnons Glion par un sentier assez pentu.

Le verre de l’amitié ayant heureusement été pris au départ, car il n’y a plus de place sur la terrasse, nous avons tous pris congé et chaleureusement remercié Jean-Luc pour l’organisation et le choix de cette superbe randonnée.

Michel

Course du 29.05.2021 – Le Noirmont et le Creux-de-Croue depuis La Cure

En bref une boucle de quelques 14 km, un dénivelé d’environ 680 m, un temps effectif de marche de 4½ à 5 heures.

On part de La Cure (1’154m), si tout va bien il y aura même un café, pour monter gentiment sur les pâturages jusqu’à 1270m, de là on rejoint la piste de ski du Noirmont qu’on remonte jusqu’en haut des installations. Ensuite, c’est plus sauvage et chaotique, on atteint d’abord le sommet du Noirmont (1’567m), puis le Noirmont des Français (1’547m). On longe ensuite la crête du Creux-de-Croue jusqu’à son extrémité nord. Depuis le point 1433, on suit la Combe aux Tassoris (bien enneigée et malcommode lors de la reconnaissance du 8 mai) pour rejoindre les pâturages. Passant par l’Arzière et les Coppettes, on rejoint La Cure.

Rendez-vous à 9h00 à La Cure. Stationner un peu avant la gare (où les places sont réservées aux usagers du train).

Inscriptions sur le site internet jusqu’au jeudi 27.
Informations complémentaires chez Sylviane et Raymond 021 653 34 64.

 

Quelques photos du coin pour vous donner envie…

Rapport de course du 24.04.2021 – Boucle jurassienne depuis la Praz

Chefs de course: Martine et André.

Participant-e-s: Sylviane et Raymond, Marlyse et Jean-Claude, Karine et Lorenzo, Carole et Pierre-Yves, Nicole et Michel, Anik, Paulette, Jean-Luc, Jacky et Janine.

Rapport de course

Rendez-vous au cimetière de La Praz, 0930.

Après l’excitation de la revoyure le départ est donné et c’est dans une joyeuse débandade que nous entrons dans la forêt.

On jacasse plus fort que les oiseaux. Quand soudain, à un carrefour, un gros nuage de doute s’abat sur la troupe. 4 paires d’yeux reconsultent la carte et 4 autres interrogent leur GPS. Cela finit par 2 groupes qui se font la course jusqu’au chalet Lyon. Les pépères n’auront au final qu’une bouteille de retard.

Nous entrons maintenant dans le domaine des érables planes qui s’offrent à nous dans leur simple nudité. Tordus, boursouflés, cagneux, emmêlés, mais toujours fiers, les bras dressés vers le ciel. Quand soudain apparait un toit rouge. Mince alors, c’est le chalet Dernier, comme je ne l’ai jamais vu. Serrées entre des volets striés de vert et de blanc, les fenêtres respirent à plein poumon, la bouche grande ouverte. On va pique-niquer ici, la vue est belle et le vent presque irréel.

La descente nous offre des vues aériennes magnifiques sur Vaulion, Juriens, Premier, et même 2 lacs sur la même photo. Les sommets enneigés dans le très loin ourlent le fond et le jaune des colza s’impose au premier plan. On passe encore devant le chalet Devant et on se laisse glisser dans la douceur de cette fin avril. Ca plane pour nous.
La Praz s’annonce et c’est là qu’il faut que je vous raconte la photo que je n’ai pas osé prendre et qui valait peut-être un Pulitzer…

Au fond une vieille ferme qui crache par toutes ses ouvertures son trop plein de bordel. Un groupe de barbus s’agite, le regard fermé, la bouche pincée. La musique danse. La photo d’une femme toute de noir vêtue est dressée contre un mur, 2 ou 3 rangs de toupins sont agenouillés à ses pieds. On dirait une sorte de culte. J’ai des frissons, je boirai bien un petit thé vert à la menthe. On se réfugie vers le cimetière et Martine nous trouve un autre chemin pour sortir de ce « nid ».

Une jolie terrasse ensoleillée nous recueille à Moiry et les sourires reviennent.

Merci à Martine et André pour cette belle balade qui a réjouis nos âmes un peu encovidées.
Janine

Rapport de course du 17.04.2021 – Boucle au départ de Montricher

Chef de course: Pierre-Yves

Rapport de course

C’est aux Ages à Montricher que le gentil organisateur (PY) emmène sa troupe composée de Léo, Anik, Martine, André, Raymond et Jean-Luc sur les pentes du Mont Tendre. Une fois n’est pas coutume nous commençons notre périple avant l’heure prévue en suivant le sentier du tourisme pédestre direction la Croix-de-Châtel.

La montée est un brin escarpée. Le temps est beau quoiqu’un peu brumeux. Bref, sur le papier des conditions idéales. Mais…. car il y a un mais, voire deux : primo ça caille (3-4 degrés) et secundo la bise sur les hauts frigorifierait même un esquimau. Le dicton, en avril n’ôte pas un fil, est pertinent. Vivement mai pour faire ce qu’il nous plaît !

Après une pause syndicale réclamée par Anik nous atteignons la Croix-de-Châtel pour la photo souvenir. Mais comme au sommet de l’Everest, on ne s’y attarde pas, préférant pique-niquer à l’abri du vent et du froid.

Le GO susnommé a bien fait les choses. Pour nous restaurer dans de bonnes conditions nous nous installons devant une sorte de chalet (certainement à l’armée mais chut …. secret défense oblige !!!) équipé de bancs et d’une table. Raymond regrette quand même l’absence de napperons. Bien obligeamment Martine lui refile une serviette en papier. Il peut ainsi nous faire la démonstration de sa machine à café portative servant un breuvage aussi moussant que celui d’un Nespresso. Ceci sans utiliser d’électricité ! Toutefois, avant de vous précipitez dans un magasin pour en faire l’acquisition, sachez que des notions d’ingénieurerie sont indispensables pour la faire fonctionner, que l’eau pour le café doit être chauffée au préalable (feu de bois possible mais compter un certain temps pour la faire bouillir, sinon thermos) et qu’il vous faudra quelques litres d’eau et un bon quart d’heure pour la nettoyer au retour. Je referme ici le volet « comment sauver la planète en consommant moins ».

Anik ayant trouvé le café très bon nous pouvons repartir pour aborder le retour en passant par la Combe de la Verrière. Très joli chemin en forêt, et en pente douce, jusqu’au « point de vue », ultime halte avant de regagner nos voitures. Nous y rencontrons le « Vaudois de l’année », un vigneron, farouche défenseur des produits locaux, avec un groupe d’amis en train de se restaurer, tout en dégustant un rosé étranger ! Je clos ici le chapitre « faites comme je dis, pas comme je fais ».

La très grande majorité des participants ayant oublié leur verre, et Covid 19 oblige, nous ne pouvons trinquer avec un chasselas, de la Côte lui !!!, (voir plus haut) obligeamment apporté par Léo. Et c’est le gosier sec que nous nous disons au revoir, sans que cela n’affecte le plaisir d’avoir passé un très bon moment ensemble. Merci PY pour cette superbe balade !

Jean-Luc Matthey

Course du 08.05.2021 – Les Gorges du Chauderon

Cette balade nous emmène le long des Gorges du Chauderon, ruisseau descendant des Avants jusqu’à Montreux.

Environ 700 m de dénivellation, 4 heures à 4h 30 de marche, 12 km. Le parcours part depuis Glion, va à Montreux Planches puis remonte les Gorges du Chauderon jusqu’au lieu dit Pont-de-Pierre. Ensuite nous empruntons le sentier du « Président » jusqu’à Caux en passant par la forêt des Vaunaises. De Caux nous descendrons à Glion en train car les plus de 300 mètres de descente ne sont pas indiqués pour nos genoux.

Pour se rendre à Glion, vu les travaux en cours depuis plus d’une année, il faut prendre l’autoroute et sortir à Villeneuve, suivre Montreux et à Veytaux prendre la route pour Glion. Juste à l’entrée du village il y a un panneau routier indiquant « les Avants ». Suivre cette route sur environ 100m et parquer à droite (il y a quelques places gratuites avec 15h de stationnement autorisés). Le rendez-vous sur ce parking est fixé à 10h. Pique-nique tiré des sacs. Prenez avec vous un verre pour l’apéro.

Inscription via le site du club. Infos supplémentaires au 079 882 20 74. Au plaisir de vous revoir à cette occasion.

Jean-Luc

 

Quelques photos du coin pour vous donner envie…

Course du 24.04.2021 – Boucle jurassienne depuis la Praz

Belle balade de 13 km, d’env. 500m de dénivelé à travers bois et pâturages ; tour à la portée de tous, enfants compris.

Plus ou moins 4 h de marche effective. Très belles échappées sur la plaine en montant et sur les Alpes, les lacs Léman et de Neuchâtel au sommet.

Pic nic sur les hauts si la bise s’est calmée !

Rendez vous à 9h30 au cimetière de La Praz tout en haut du village.

Inscriptions sur le site jusqu’au jeudi 22.4. pour l’ organisation des transports

Martine et André

 

 

Course du 17.04.2021 – Boucle au départ de Montricher

Je vous propose une sortie un peu musclée, mais moins que celle prévue initialement pour la boucle du Mont-Tendre…en effet, il y a encore bien trop de neige sur le parcours prévu et elle ne va pas fondre actuellement, vu la météo annoncée…
Nous ferons une autre boucle mais toujours au départ de Montricher.
Rendez-vous à 9h30 aux Ages à Montricher (rte du Mont-Tendre/ch. des Ages pour les GPS) devant le boulodrome.
Ensuite départ direction de la Croix de Châtel par un petit sentier qui nous amène rapidement en hauteur, via le pâturage d’Arrufens.
Pique-nique au sommet. De ce dernier, le retour se fera par le Pré de l’Haut et ensuite via la sauvage Combe de la Verrière.
Soit un total d’environ 9 km et un petit peu moins de 700 m de dénivellation.
Inscriptions sur le site jusqu’au jeudi 15 avril. Dernières informations aux participants le vendredi en fin de journée.
A bientôt et meilleures salutations.
079 6370674
PY

PS : Lieu du rendez-vous :

Rapport de course du 27.03.2021 – Sous-gare insolite…

Chef de course: Jean-Luc

Rapport de course

5 – 10 – 13. C’est en heures, en participants et en kilomètres les résultats de la course de ce jour. Y ont participé : Jean-Luc, Janine et Jacky, Paulette, Karin, Marie-Jo, Olivier, Léon, Sylviane et Raymond. Ah ! j’oubliais Marlise est arrivée puis repartie.

Tout a commencé dans le grand hall de la gare de Lausanne d’où les participants masqués sont partis à 10h07 tandis que Léon attendait devant la gare depuis 10h02.

Le sommet de la colline de Montrion rapidement atteint et un contact téléphonique établi avec Léon, la troupe a attendu l’égaré. L’effectif enfin complet nous nous sommes remis en route.

Descente de la colline en passant par le jardin botanique ; puis petit détour sous la Haute Ecole Pédagogique pour admirer les cèdres et les hêtres majestueux qui occupent le devant de la scène. Et on remonte Jusqu’au chemin du Languedoc.

Petit passage dans les vignes d’Argent avant l’arrêt apéritif sur une petite terrasse avec vue sur le Léman vingt mètres au-dessous des vignes. Jean-Luc sort de son sac fromage, chasselas de la Côte et chasselas de Lavaux. On boit, on cause et on se fait du bien aux yeux.

Après l’apéritif il faut songer au repas qui doit se prendre au bord du lac. Donc on remonte jusqu’aux vignes avant de plonger dans la Vallée de la Jeunesse, là, c’est l’occasion d’égrainer les souvenirs de l’Expo 64, ce qui nous amène aux pyramides de Vidy, au pic-nic et au pinot noir de Léon.

Il fait bon, mais pas assez chaud pour une sieste, alors on remet le chemin sous nos semelles pour aller tout près de l’étang Bourget voir le monument au Major Davel.

Ensuite, c’est retour sur Ouchy où nous nous quittons, covid oblige, sans pot d’adieu.

Merci Jean-Luc , c’était bon de se retrouver !

Raymond

Le parcours au complet :

Course du 27.03.2021 – Sous-gare insolite

Pour cette 1ère balade de la saison c’est en territoire urbain que nous mènerons nos pas. Rendez-vous à 10h devant l’entrée principale de la Gare de Lausanne. Pique-nique tiré des sacs. Parcours modulable à souhait selon l’envie des participants. Compter environ 10 km de marche et 250 mètres de dénivellation à tout casser. Inscription via le site du club. Infos supplémentaires au 079 XXX XX XX. Au plaisir de vous revoir.

Jean-Luc

Commentaire du web-master: vous pouvez vous inscrire en postant un commentaire ci-dessous ou en envoyant un courriel au chef de course en cliquant sur ce lien.

Sortie raquettes du 06.02.2021 dans la région de la Valsainte – Rapport de course

Bonjour à toutes et tous!

Après quelques échanges sur le groupe WhatsApp « Course impro Chamossaire », Anik, Martine, André et Pierre-Yves se sont retrouvés dans la région de la Valsainte pour une sortie raquettes sur le circuit Pré de l’Essert.

Bravant les vents sahariens du jours, traversant torrents et verts pâturages, ils ont finalement trouvé la neige!

Voici le rapport de course de cet événement:

Le samedi 6 février sortie en raquettes à 4 dans la région de La Valsainte, course Trophée de l’eau !

Départ raquettes aux pieds sur l’herbe et les taupinières, après la neige passage en forêt avant un soi-disant pont sur la rivière. Il a été emporté par les crues…dans une telle course la créativité est de rigueur. Une palette, 1 grosse pierre dessus, quelques-unes dessous pour caler, les 4 concurrents traversent avec ou sans raquettes, courent dans l’eau pour trouver un endroit où grimper, accrobranches, ou crapahutée sur pont de neige, les voilà tous pieds mouillés prêts à redémarrer sur un chemin enneigé. Celui-ci les emmène à la ferme la plus élevée exploitée à l’année du canton de Fribourg. Au-dessus une très belle chapelle domine un paysage vallonné baigné d’une brume jaune ocre, qui donne une ambiance saharienne aux photos. Effectivement le sable du Sahara est venu pimenter ce Trophée . Pour rester dans la thématique de la journée une fontaine remplie de neige nous accueille pour le pic nic. Ensuite 2 petites rivières à traverser avant de rejoindre une neige très aqueuse jusqu’à la voiture. L’arrosage final aura lieu chez Anik et Jiji, ce dernier ayant relevé le défi de faire son 1er cake pour accompagner nos boissons. Il était très bon et bien décoré.

Merci à Pierre-Yves,GO de cette sortie.
Martine

Grand merci aux groupe pour le partage en photo et à Martine pour le rapport de course sur leur périple!

Sorties du week-end des 23-24.01.2021

Samedi 23, pour Pierre-Yves, une sortie peaux, le plus difficile étant d’arriver à la station!

Au programme, Rosalys – Pralet – Joncs – Borbuintse – Rosalys:

Puis dimanche 24, direction le Lac de Joux:

Un tout grand MERCI à Pierre-Yves pour le partage de ses photos!

Entraînements individuels du 19 janvier

Mardi 19 janvier, en préparation du concours, Janine, Paulette et Jacky s’entraînent sur les 12 km du Cacatchou, à Froideville.

Merci pour ce partage!

Sorties individuelles du 16 janvier

Pendant que la caissière du club et son « web-master » sont sur leurs lattes aux Paccots, d’autres membres sont de sortie…

Pierre-Yves entre Zinal et Grimentz:
Suite aux abondantes chutes de neiges passées, tous les parcours raquettes sont fermés… alors plan B! Téléphérique pour atteindre les hauteurs de Grimentz et balade pour découvrir visuellement les 4000 du coin.

Martine et André au Niremont:
Montée depuis le parking des Pueys et retour en boucle par Rathvel.

Merci pour le partage et à tout bientôt!

Sorties individuelles du 9 janvier

Parallèlement à la sortie raquettes du 9 janvier, d’autres clubistes sont sortis!

Karin en skis de fonds aux Pléiades:

Marlyse et Jean-Claude à la grotte de Zinal:

Merci pour le partage et à tout bientôt!

Sortie raquettes dans la région des Paccots

Bonsoir à tou-te-s,

Suite à une proposition spontanée de Pierre-Yves, quelques clubistes se sont retrouvés ce matin au parking de la Cuva pour une sortie raquettes. Soleil radieux, degrés négatifs et bonne humeur étaient aussi au rendez-vous! 

Merci à PY et Raymond pour les photos partagées et à bientôt!

Sortie Haïku…

Pour bien commencer l’année…

Raquettes ou peaux ?
Pas aux Paccots,
Mais à Orgevaux !

Merci à Pierre-Yves pour le partage!

Sortie Peaux aux Paccots…

Juste avant de passer le cap de la nouvelle année… une dernière sortie peaux?

Griller quelques calories avant d’en reprendre quelques unes ce soir, quelle bonne idée! 😉

Merci Pierre-Yves pour ta visite au Chalet et pour ce partage en images!

Course improvisée dans la région des Paccots…

Bonjour à tou-te-s,

Non loin des Troncs, entre Teysachaux, Cuva et Vuippay, séance décrassage raquettes aux pieds pour Martine et André.

Merci à eux pour le partage et bon dimanche!

Course improvisée au Mollendruz

Hello la Compagnie,

Quelques courageux du club ont réussi à traverser la couche nuageuse pour retrouver le soleil!

Vous les connaissez?… 😉

Grand merci à Paulette pour le partage!

Partages du week-end du 27 au 29 novembre 2020…

Chers Amis montagnards,

La Der du 21 passée à la trappe, la 1ère n’étant pas encore au programme (avez-vous répondu à la sollicitation de Martine?) et les rassemblements de plus de quelques âmes n’étant pas encore autorisés par l’OFSP, certains membres sont sortis ce week-end en groupes restreints et ont échangé quelques photos de leurs sorties respectives.

Grand MERCI à eux pour le partage, bon début de semaine et à tout bientôt!

Olivier

27. Jean-Luc aux Rochers-de-Naye

28. Marlyse à Savoleyres

28. Martine au Lac des Joncs

28. Nuit étoilée aux Troncs

29. Lever de soleil sur le Teysachaux

29.11 – Jean-Luc au Pic Chaussy

29.11 – Marie-Jo et Olivier à Belle Chaux

29.11 – Pierre-Yves au Pralet

29.11 – Nicole à Crans

Commission des courses

La commission des courses ne baisse pas les bras et vous demande de lui envoyer vos propositions pour 2021.

Un programme vous sera proposé et sera adapté selon les conditions du moment.

Imaginez la neige en février, raquettes ou peaux tout est possible, le printemps idéal pour des balades en basse altitude, l’été et l’automne la montagne nous attire.

Merci d’envoyer vos idées à la secrétaire d’André… martine.kubler@bluewin.ch d’ici à vendredi 27.11.2020.

« La Der » du 21.11.2020


Délire ébouriffé rigolo

Danger entêtant revenu
Digestion en rôdage
Devinette en rade
Dépit entretenu rageant
Déficit en régression
Dernier ensemble rythmé
Donc encore raté

Eh oui ! le seul sport que je vous propose pour ce 21 novembre est celui des méninges !

Restos fermés, la plupart des éventuel-les participant-es en âge dit à risque, marche masquée = mascarade, tout me pousse à renoncer.

Dommage en recrudescence.

Votre dévouée entêtée rédactrice,
Anik

 

PS : je récolterai les copies à la prochaine assemblée (vous avez donc le temps!) 🙃